Un professeur de la VUB condamné à la peine capitale en Iran - Les universités flamandes appellent aux actions en soutien au Pr. Djalali

Les universités de Flandre appellent les autorités iraniennes à ne pas procéder à l'exécution du docteur Djalali. Les établissements universitaires demandent aux chercheurs, diplomates, politiciens et autres citoyens à prendre fermement position contre cette situation, indique mardi le Conseil Interuniversitaire flamand (Vlaamse Interuniversitaire Raad).

L'avocat du professeur Ahmadreza Djalali, condamné à mort à Téhéran, n'ayant pas fait appel auprès de la Cour Suprême iranienne, son exécution "semble inévitable", selon le conseil.

Depuis avril 2016, le professeur irano-suédois Ahmadreza Djalali - également actif à la VUB dans le domaine de la médecine de catastrophe - est détenu à Téhéran. Le mois dernier - après 19 mois d'emprisonnement - il a fait appel contre sa condamnation à mort prononcée le 21 octobre 2017.

Cet appel devait être introduit dans les trois semaines, mais il semble qu'il ne soit jamais parvenu à la Cour Suprême.

Les universités participeront aux côtés d'Amnesty International à la manifestation qui aura lieu jeudi à 18h00 devant l'ambassade iranienne à Bruxelles.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.