L’intelligence artificielle aide les radiologues de l’UZA à sauver des vies

Le service de radiologie de l’hôpital universitaire d’Anvers (UZA) fait appel à un outil d’IA novateur développé par Aidoc afin d’améliorer la qualité des soins aux patients et accroître l’efficience du département.

L’UZA a fait l’acquisition de la solution de neuroradiologie d’Aidoc, qui est capable de détecter des pathologies aiguës potentiellement mortelles sur les CT-scans et de les indiquer sur l’image afin que celle-ci puisse être immédiatement examinée par un radiologue – un système qui débouche sur des diagnostics plus rapides et des soins aux patients de meilleure qualité. L’UZA est l’un des premiers centres d’Europe à appliquer les technologies de pointe d’Aidoc.

Plus tôt dans le courant de l’année dernière, l’hôpital universitaire avait déjà été le premier établissement de soins d’Europe à implémenter les solutions d’Aidoc dans ses processus cliniques en vue de dépister plus efficacement deux pathologies mortelles, les fractures du rachis cervical et les hyperdensités intracrâniennes.

La radiologie est l’un des fers de lance de l’UZA, qui réalise chaque année quelque 160.000 examens, dispense des soins de haute qualité et s’investit dans des travaux de recherche pionniers. La possibilité pour l’hôpital d’intégrer les solutions d’Aidoc au système GE PACS existant sans devoir modifier ses procédures est révolutionnaire tant pour les patients que pour les radiologues.

Un facilitateur pour la prise de décision
«Aidoc nous aide à prendre des décisions cruciales touchant à l’imagerie médicale», explique le Pr Paul Parizel, directeur du service de radiologie de l’UZA. «L’intelligence artificielle joue un rôle de plus en plus important dans toutes les facettes de la radiologie. Historiquement parlant, la neuroradiologie a toujours été le point de départ de l’innovation, et c’est à juste titre qu’Aidoc a commencé par le dépistage des cas les plus critiques et l’accélération du diagnostic dans des domaines où le temps est vraiment un facteur déterminant.»

«Notre outil collabore avec les radiologues et leur offre la possibilité de prendre en temps utile des décisions rigoureuses pour parvenir à des soins optimaux pour les patients», souligne Elad Walach, CEO d’Aidoc. «L’objectif d’Aidoc n’est pas de se substituer aux radiologues, mais d’élargir leurs possibilités et d’améliorer ainsi sensiblement la qualité des soins aux patients.»

À présent que l’hôpital universitaire d’Anvers a sauté le pas, on peut s’attendre à ce que d’autres grands établissements de la région suivent sans tarder…

 

Lire aussi:

L’intelligence artificielle va-t-elle remplacer les radiologues?

Icobrain: un logiciel belge pour le diagnostic de la démence approuvé par la FDA

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.