"2018: baptême du feu pour la santé mobile" (Eric Van der Hulst, Imec)

Selon Eric Van der Hulst (Imec, coordinateur de projet PA19), 2018 sera l’année de la vérité pour les applications médicales. « En 2017, 24 projets ont été approuvés. En 2018, nous entrons dans le monde réel avec elles. » Notons toutefois que la téléconsultation ne relève pas encore du point d’action 19 (PA19).

C’est ce qu’a déclaré le manager de l’innovation de la santé d’Imec lors d’une réunion de l’Association belge des directeurs d’hôpitaux (ABDH). En guise d’introduction, il a donné quelques explications relatives au point d’action 19. Celui-ci fait partie du projet des autorités fédérales (feuille de route) visant à cartographier l’e-santé. Ce domaine a été subdivisé en cinq points (1). Dans toute cette discussion relative au point d’action 19, notons le statut de la téléconsultation où l’on ne sait toujours pas si elle peut être considérée techniquement vraiment comme de la santé mobile. Pour l’instant, en tout cas, elle ne relève pas encore du point d’action 19.

Baptême du feu

2018 sera en tout cas l’année de la vérité pour valider les applications qui sont au stade d’essai. Les 24 projets de 2017 connaîtront bientôt leur baptême du feu dans le ‘real world’. Comme exemple de l’un des 24 projets, il citait  'Hearth on track' , une initiative des Cliniques de l’Europe et de trois hôpitaux flamands, en collaboration avec BeMedTech et Agoria.

Une étape importante dans ce processus de validation sera le lancement d’un 'Self declaration website' (pour l’instant encore en construction). Celui-ci permettra aux applications de se présenter au grand public pour ensuite procéder au processus de validation en trois étapes, le modèle de pyramide bien connu que nous vous avons présenté dans l’une de nos dernières newsletters.  

Une liste de référence s’établira ainsi progressivement sur le site. Une liste que les hôpitaux pourront utiliser et intégrer dans leur DPI après authentification, contrôles de sécurité et contrôle de l’interopérabilité.

Au final, cela revient à introduire un dossier crédible auprès des autorités, qui entre en considération pour un remboursement sur base d'un rapport coût/efficacité. Mais pour l’instant, il n’y a pas encore de budgets prévus à cette fin, concède Van der Hulst, qui retombe ainsi les pieds sur terre. Il y a donc encore du pain sur la planche !

FibriCheck et MoveUp sont déjà pleinement occupés avec leur dossier de remboursement et ont d’ailleurs présenté les étapes qu’ils ont dû entreprendre à cette fin.

(1) Les cinq grands points du point d’action 19 sont les suivants :

  • AVC: des devices de santé mobile pour les soins concernant la phase aiguë de l’AVC avec un traitement ultrarapide et spécialisé, pour la revalidation au domicile, l’accès mobile à la réintégration, l’autogestion et l’empowerment du patient et de son entourage.
  • Soins cardiovasculaires (gestion des risques et soins)
  • Diabète : télémonitoring, tests point of care et soutien digital des soins intégrés. 
  • Soins de santé mentale : télésoins et télépsychothérapie, compliance, combinaison avec des équipes mobiles, art. 107, ),
  • Douleur chronique : approche multidisciplinaire de la douleur chronique dans un centre spécialisé de la douleur avec monitoring du patient : qualité du sommeil, intensité de la douleur et compliance au traitement.

Lire aussi :

e-santé : le patient davantage impliqué grâce aux applications mobiles.

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.