Un million de décès liés au sida en 2016, moitié moins qu'en 2005

Un million de personnes sont mortes à cause du sida en 2016, soit presque moitié moins que lors du pic de 1,9 million atteint en 2005, a annoncé jeudi l'Onusida, le programme de coordination de l'ONU contre ce fléau. En outre, plus de la moitié des personnes porteuses du VIH ont désormais accès au traitement.

L'an dernier, 19,5 millions des 36,7 millions de personnes porteuses du Sida ont eu accès au traitement, ajoute l'Onusida. "Si cela continue, nous atteindrons l'objectif mondial de 30 millions de personnes en traitement d'ici 2020", indique Michel Sidibé, directeur exécutif du programme de l'ONU. "Nous allons continuer pour toucher toutes les personnes en besoin et honorer notre engagement" de ne laisser personne de côté.

Les progrès les plus importants sont notés en Afrique de l'Est et en Afrique australe, où l'on compte plus de la moitié des personnes vivant avec le VIH. Depuis 2010, le nombre de décès liés au sida dans ces régions a chuté de 42%, et les nouvelles infections de 29%. Les nouveaux cas d'infection chez les enfants ont baissé de 56% sur la même période, "un succès remarquable lié au traitement et aux efforts en matière de prévention".

Le rapport montre également qu'en 2016, 70% des personnes qui vivent avec le sida ont conscience de leur maladie. Parmi elles, 77% ont eu accès à un traitement.

Les initiatives et la solidarité mondiales pour endiguer les nouvelles infections par le VIH des enfants ont aussi porté leurs fruits. En effet, environ 76% des femmes enceintes vivant avec le sida avaient accès à des traitements antirétroviraux en 2016, contre 47% en 2010. Les nouvelles infections d'enfants ont, elles, diminué de moitié, passant de 300.000 en 2010 à 160.000 six ans plus tard.

De manière générale, le nombre de nouvelles contaminations par le VIH a atteint 1,8 million l'année dernière, ce qui représente une baisse de 16% depuis 2010. La baisse régulière année après année s'effectue cependant à un rythme trop lent pour parvenir à juguler l'épidémie, a ajouté l'Onusida dans son rapport annuel sur les chiffres mondiaux du sida.

L'Onusida pointe encore que moins de la moitié (43%) des enfants vivant avec le VIH ont accès au traitement, contre 54% des adultes.

Enfin, les ressources destinées à répondre au VIH devraient augmenter, estime le rapport. Fin 2016, environ 19 milliards de dollars (16,5 milliards d'euros) étaient disponibles dans les pays à revenu faible et moyen. "Nous estimons que 26 milliards de dollars (22,6 milliards d'euros) seront nécessaires pour la réponse mondiale au VIH d'ici 2020."

L'organisme reste particulièrement inquiet de l'explosion des nouveaux cas en Europe de l'Est et en Russie.

Depuis le début de l'épidémie, au début des années 1980, 76,1 millions de personnes ont été contaminées par le VIH et 35 millions sont décédées, soit l'équivalent de la population du Canada.

> Une opinion? Une réaction? Le débat continue sur @JdS_SK ou sur @MediSphereHebdo

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.