Téléconsultation: quelle relation thérapeutique à distance? (V. Kokozska)

Comment ces consultations, où le dispositif technologique occupe une place importante, reconfigurent-elles concrètement la relation thérapeutique et les pratiques médicales ? La réponse surprenante et inattendue de l'expérience de psychiatres.

Si elles ne constituent encore qu’une part très marginale des actes médicaux, les téléconsultations tendent à se développer. Comment ces consultations, où le dispositif technologique occupe une place importante, reconfigurent-elles concrètement la relation thérapeutique et les pratiques médicales?

Si le droit suit les pratiques pour leur donner un cadre juridiquement sécurisé, la sociologie axe sa réflexion sur la reconfiguration sociale qu’induit l’usage de la télémédecine. Ainsi le professeur Alexandre Matthieu-Fritz a étudié les téléconsultations en santé mentale pour analyser l’intégration des nouveaux dispositifs à la pratique médicale et ses répercussions sur les identités professionnelles. Ces dispositifs qui permettent d’outrepasser l’isolement des malades des zones médicalement désertées, ou aux expatriés d’être traités dans leur langue et selon des références culturelles communes sont, pour l’heure, en phase d’appropriation, par les psychiatres -toutes orientations confondues (psychanalyste, humaniste, comportementaliste).

Ce seul point mérite d’être relevé, dans la mesure où il apparaît d’une part que les professionnels qui recourent à la téléconsultation reflètent la population générale des psychiatres et, d’autre part, que le type de prise en charge qu’ils proposent n’est pas perçue comme «sensible» au dispositif.

En revanche, la téléconsultation inaugure de nouvelles pratiques qui intègrent les contours du e-commerce et demande aux professionnels d’adopter une identité numérique ainsi que de s’inscrire dans un jeu de concurrence inédit avec leurs confrères, fonction de l’accessibilité, de la disponibilité, du coût, de l’évaluation par les patients, etc.

Les praticiens doivent également s’approprier une interaction qui s’appuie sur un dispositif technique visiophonique, et est largement tributaire de sa qualité et de sa fiabilité. De ce point de vue, soulignons qu’alors qu’on s’interroge fréquemment sur la gouvernance algorithmique de la télémédecine, on tend à minimiser sa gestion matérielle, c’est-à-dire les besoins en moyens humains que ces dispositifs nécessitent  suscitant d’ailleurs de nouveaux métiers tels que télé-consultants, ingénieurs analystes des données, etc.

En pratique, la téléconsultation implique d’apprivoiser la coexistence de deux lieux différents offerts en images à deux dimensions. Pour les professionnels, ce format de consultation génère une impression de distance déstabilisante eu égard à la rencontre au cabinet médical, souvent attentive à l’expression corporelle. Mais, en retour, ce sentiment de distance semble paradoxalement faciliter une proximité thérapeutique inattendue, comme si la distance produisait une désinhibition sociale et libérait la parole.

En santé mentale, cet aspect  doit influencer positivement la qualité de la relation thérapeutique  et ses résultats.

S’il est, pour le moment, difficile d’évaluer correctement les résultats cliniques faute d’études de «psychiatrie-psychologie par les preuves» en nombre suffisant, il semble qu’ils soient aussi bons que ceux obtenus en pratique classique.

Lire aussi : > La santé numérique va t-elle redéfinir les contours de la médecine?

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.