« Des conseils personnalisés au médecin qui veut lancer un projet d’e-santé » (Lara Vigneron)

 Dans les hôpitaux, les maisons de repos, l’innovation médicale frappe à la porte. Elle provoque des changements fonctionnels, une évolution de mentalité... Soit pour optimaliser les soins ou en réduire les coûts, des acteurs de la santé développent des projets d’e-santé attractifs pour les patients et passent par des partenaires comme le WeLL, le Living Lab wallon dédié à l'e-santé.

A sa tête, sa coordinatrice, Lara Vigneron leur vient en aide : « Tout dépend du projet que le médecin entend développer et de sa volonté de s'impliquer dans ce dernier. Nous avons des projets d'e-santé où le médecin ne veut pas devenir un chef d'entreprise et préfère apporter tout son savoir dans une fonction de CTO. Dans ce cas de figure, on l'aide avant tout à valider ses besoins et on lui cherche un CEO. Dans d'autres cas, il veut s’investir totalement. A chaque fois, nous créons avec eux le meilleur environnement pour pérenniser le projet. »

Deux projets aboutis

Ces partenariats aboutissent à des projets concrets : « Nous avons deux exemples récents : « Happy Mum » où l'on est au stade de la défense de la thèse de doctorat et « Mens sana » où le projet est en fin de développement » ajoute Lara Vigneron. Pour rappel, le projet « Happy Mum » à pour but de mieux encadrer les mères (10 et 20% subissent une dépression après un accouchement) en cas de mal-être psychologique (et notamment la dépression postnatale). De son côté, le projet « Mens Sana » a abouti à l’application Noo, qui aide les usagers en santé mentale à booster leur rétablissement.

Mieux ancrer en Wallonie

Pour suivre ces projets dans ce secteur en constante évolution, le Well poursuit sa mue : « Nous n'allons pas ouvrir d'antenne à Charleroi comme cela était prévu. Par contre, le siège social va être implanté à Namur et nous garderons un pied à terre à Liège tout en développant des liens plus étroits avec Mons » précise Lara Vigneron.

L’avenir du Well ne manque pas de défis : « D'autres projets sont en construction : comme celui des Smart cities, celui de revalidation et de réhabilitation de patients « i2CoRT » en partenariat avec le CHU de Liège avec le Pr J-F Kaux et enfin, celui qui concerne l'électrosensibilité en partenariat avec l'institut de santé publique fédérale. »

Les hôpitaux, l’avenir ?

Le Well s’invite aussi de plus en plus dans les institutions hospitalières : « Nous travaillons déjà actuellement avec le CHU de Liège, le CHU de Charleroi (dans le cadre du réseau santé wallon). Nous avons, par ailleurs, des contacts avec l'hôpital Notre Dame de Gosselies, la Citadelle à Liège où nous communiquons avec la direction pour mettre en place des partenariats où de la sensibilisation à l 'e-santé. »

Tout cela avec une équipe de deux équivalents temps plein reposant sur trois personnes pour qui le travail ne manque donc pas...

Lire aussi :

Wallonie : 4 projets e-santé portés, aussi, par des médecins

HealthTech. Belgium : une nouvelle coupole pour booster l’innovation dans les hôpitaux

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.